Pages

samedi 15 juin 2013

J'ai donné mon sang

En cette journée mondiale du don de sang, j'ai voulu tester la Croix Rouge.

J'avais déjà essayé de prendre des renseignements : les trans ont-elles le droit de donner du sang en Belgique?

Les informations récoltées me laissaient dans le doute : les gays ne peuvent pas.  Les lesbiennes, par contre, peuvent sans problème.

Il faudrait qu'on me dise pourquoi un couple gays et plus à risque qu'un couple de lesbiennes!

Pour moi, c'est de la discrimination pure et simple envers les hommes homosexuels et je ne comprends pas comment on peut encore accepter ça.

Bref, ça me repoussait un peu et ça me faisait peur. Je n'avais pas trop envie de me faire remballer pour transsexualité !

Mais, il y a une subtilité pour les gays : ils peuvent donner leur sang à condition de ne pas avoir eu de relations sexuelles dans les 4 mois.

Mais, si le médecin se fiait à ma carte d'identité, où je suis toujours répertorié chez les mecs, cela voudrait dire que je suis hétéro (étant attirée par les filles).
Si il accepte de me prendre intégralement pour une femme sans se soucier de ce que raconte ma carte d'identité, alors je suis une lesbienne et j'ai donc le droit de donner mon sang si je n'ai pas changé de partenaire dans les 4 mois.

Donc, rien ne s'opposait à ce que je donne mon sang.  Sauf peut-être le traitement hormonal.

J'avais envoyé un email pour poser la question et le traitement hormonal semblait ne pas poser de problème.

Vu que, comme je l'ai dit, c'était la journée mondiale du don de sang, je me suis dit que c'est l'occasion de tester ça et surtout de, peut-être, sauver une vie.

Comme il y avait une collecte ambulante près de chez moi justement aujourd'hui, j'y suis allée.
J'ai répondu au questionnaire médical sincèrement et j'y ai indiqué, non pas que je suis trans, mais les médicaments que je prends, à savoir oestrogel et spironolactone.  Faut pas avoir fait l'unif pour savoir à quoi sert ce cocktail!

J'ai eu une entrevue avec le médecin qui m'a juste demandé si j'avais changé de partenaire dans les 4 mois.  Mouarf, j'en ai pas eu sur ces 35 dernières années ^^

Donc, aucune contre-indication et me voilà donc allongée à me faire pomper mon sang!

Je suis sortie de là fière de moi. Parce que j'ai, non seulement osé faire quelque chose qui aurait pu me ruiner le moral (c'est toujours difficile de se faire remballer à cause de sa transsexualité) mais aussi parce que j'ai peut-être contribué à la sauvegarde d'une vie.  Et ça, ça n'a pas de prix.

J'ai pris conscience de l'importance du don de sang à cause de ma future opération. Si personne ne donnait son sang, je ne pourrais pas me faire opérer. Parce que, contrairement à ce qu'on pense, ça n'arrive pas qu'aux autres.

Par contre, ça fait mal je trouve. Bon, ce n'est pas une douleur insupportable non plus, mais j'ai quand même eu un peu mal. 

Je ne devais le faire qu'une seule fois. Je crois que je vais renouveler ça dès que je peux (dans 3 mois si j'ai bien compris).
Ca ne dure pas longtemps et si je peux être utile à quelqu'un, c'est avec grand plaisir. Surtout si ça peut lui sauver la vie.

4 commentaires:

  1. Très bonne initiative de ta part :).

    Concernant les discriminations, même chose dans ce cher et doux pays de France… Par contre les trans, pas de soucis ;).

    D'ailleurs, ça doit faire bientôt deux ans que j'ai plus redonné mon sang, faudrait que je m'y colle un de ces quatres ^^ .

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. D'après ce que j'ai compris, dès que je peux de nouveau en donner, je vais recevoir une invitation. Ils ne perdent pas le nord à la Croix Rouge :)
      Donc, pas question de laisser passer 2 ans : on te rappelle à l'ordre et vite fait ^^

      Supprimer
  2. Tu viens avec moi la prochaine fois? ;-)

    RépondreSupprimer

Tu peux aussi t'exprimer !