Pages

lundi 27 août 2012

La police et les trans.

Les personnes qui me suivent sur Twitter ont pu voir dans un de mes tweet que la police harcèlerait une trans de la région de Charleroi.
Voici le lien de l'article 

J'ai acheté la version papier pour lire l'article au complet.
Première constatation, le journaliste n'a pas utilisé le masculin à tour de bras, c'est déjà une bonne chose.
Seul le titre "Transsexuel : la police me harcèle" me fait tilter : on dit "transsexuelLE" pour une MTF (ou mieux : transgenre, c'est plus joli ;-) ).

Le prénom masculin a plusieurs fois été utilisé mais globalement, ça va.  J'ai déjà vu bien pire dans la presse.
De plus, c'est un article qui montre qu'une trans* peut avoir quelques difficultés dans la vie de tous les jours.

Ce qu'il n'y a pas dans la version online mais qui se trouve dans la version papier, c'est la réplique de la police.  Là, je suis restée sur le cul !

Je ne peux pas tout recopier, droit d'auteur oblige, mais quelques morceaux choisis :

- "Non, nos agents ne le visent pas"
- "A notre connaissance, ce monsieur n'a jamais signalé ce type de problème dans nos services"
- "Ceci dit, il peut aussi s'adresser à un service externe"

et j'en passe d'autres...

J'ai souligné ce qui ne va pas et comme vous pouvez le constater, c'est le masculin, voire pire : "Monsieur" !

Sachant quand même que la trans* en question est opérée (et je suppose donc que ses papiers sont changés).

Il y a vraiment de très très gros progrès à faire chez la bleusaille ! Ils sont quand même censés nous protéger alors si ils sont transphobes, ça risque de compliquer les choses !
Je ne parle pas du fait qu'elle soit harcelée, parce que je n'en ai pas la preuve, par contre l'utilisation du masculin et du "Monsieur" est, pour moi, un acte transphobe.

Je ne sais pas si c'est uniquement la police de Charleroi ou si c'est commun à la police du pays (voire d'autres pays) mais il serait grand temps qu'on leur explique quelques petites notions de psychologie !

7 commentaires:

  1. Ces journaleux sont quand-même un peu lourds, parfois. Ils ne savent pas encore à leur âge, que lorsqu'on s'adresse à une dame(transexuelle ou autre) on dit "madame" ou parle d'elle au féminin. J'vous jure, des fois....

    Pour la police, ça dépend peut-être à qui on a affaire...
    De mon côté, j'ai déjà été contrôlée sur la route (GSM au volant, aïe aïe aïe) par un motard. C'était entre Gand et Renaix. Le policier a juste contrôlé mes papiers et collé un PV. Mais il n'a pas fait d'histoires. Pourtant, j'étais sapée comme une fille ce jour-là. Comme quoi, il faut pas non plus faire de généralités.

    RépondreSupprimer
  2. Enfin, je dis journalistes, mais y a pas qu'eux. Malheureusement beaucoup trop de personnes à mon goût parlent encore de nous au masculin, alors qu'elles savent pertinemment qui nous sommes...De ce côté, il y a encore des progrès à faire.

    RépondreSupprimer
  3. J'ai un doute soudainement... La police, ce ne serait pas par hasard l'ensemble de personnes sensées protéger la population et montrer l'exemple??

    RépondreSupprimer
  4. @Solène : Je dois dire que dans cet article (surtout la version papier) le journaliste a utilisé le masculin quand ça ce justifiait (pour parler du passé). Ce qui m'a fait vraiment bondir c'est le communiqué de la police !
    Mais j'avoue que je redoute le contrôle de police (bien que moi je ne téléphone pas au volant ou alors avec une oreillette ;-) ). Je redoute surtout le contrôle douanier (par la gendarmerie ou les douaniers) à la frontière française que je passe généralement 1 fois par mois au moins.
    Pas vraiment du côté belge (je n'ai jamais vu un seul douanier ou policier belge à la frontière en 10 ans) mais plutôt du côté français surtout que j'ai l'impression que les policiers français sont moins tendres que les belges.

    Pour les personnes qui parlent de nous au masculin, je n'en ai pas tellement dans mon entourage si ce n'est quelques vieux réflexes qui reviennent de temps en temps. Je ne leur en veux pas, je fais moi-même l'erreur de temps à autre :-)

    @Julie : Si, justement, c'est ça qui fait peur !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bah, faut pas généraliser, il y a même des trans dans la police française, et globalement ça se passe plutôt bien. On voit tellement de situations particulières pendant une carrière que je pense qu'on devient plus tolérant que la moyenne dans l'ensemble.

      Supprimer
    2. Ah, ça, pour voir des situations particulières, vous devez en voir!
      Je me doute bien que policier n'est pas un métier de tout repos et qu'à la fin de sa carrière on a tout vu et tout entendu ;-)
      Et je ne généralise pas. Je connais un policier très bien. C'est même un ami et tout va bien :-)

      Supprimer
  5. Précision : je suis transsexuelle et flic toujours en activité, sortie officiellement du placard depuis plus de trois ans (opérée depuis), et globalement ça se passe plutôt mieux que je ne l'avais pensé au sein de mon boulot. On est au moins trois trans MtF officielles dans la police française (je connais personnellement une des deux autres), alors tout n'est pas perdu. :)

    RépondreSupprimer

Tu peux aussi t'exprimer !