Pages

dimanche 3 juillet 2011

Mon histoire - Part1

Etant petite, quelque chose n'était pas normal. Je n'étais pas comme les garçons mais je n'étais pas une fille non plus.
J'ai toujours préféré être avec les filles plutôt qu'avec les garçons. Mais vu qu'on nous apprend dès notre plus jeune âge à être un mec, un vrai, en faisant certaines choses et pas d'autres, je restais avec les garçons. Et, à vrai dire, tout se passait bien.
J'étais même attirée par les filles et je le suis d'ailleurs toujours.
Par contre, les jeux seule à la maison, c'était un peu différent. A l'époque, c'était la grande mode des G.I. Joe. Pour faire comme les copains, j'en avais aussi mais je ne jouais pas énormément avec. Je préférais jouer à l'instit ou avec mes nounours.

En fait, de ce que je me rappelle, c'était moitié-moitié. Mes activités n'étaient pas 100% garçon ni 100% fille. C'était selon l'humeur du jour.

Mais en grandissant, il y avait quelque chose qui ne me plaisait pas.

J'ai 12 ans et j'entre à l'école secondaire. A cette âge, on commence à savoir ce que l'on veut, surtout du côté des vêtements. Perso, je n'ai jamais choisi mes vêtements et pour cause : je n'aimais rien. Résultat : jeans et sweat (ou T-shirt) tout le temps. Aujourd'hui, rien n'a changé sauf que je suis bien obligée de m'acheter mes fringues moi-même. Pour ne pas me prendre la tête, je vais dans le rayon et je prends ce qui est en promo. Moche pour moche, autant prendre le moins cher !

Douze ans c'est également l'âge où on commence à s'intéresser aux filles. De ce côté-là, aucun problème pour moi : les filles, c'est mon truc !
Les hormones faisant leur travail, le corps change également. Je crois qu'il est inutile de vous donner les différents changements chez la fille et le garçon. Et là, justement, ça n'allait pas. Voix qui mue, poils qui apparaissent partout et surtout sur le visage. Bref, l'horreur totale !
Chaque matin j'espérais que tout ça allait s'arrêter car je ne voulais pas de barbe et encore moins d'une voix grave. Non, moi je voulais une poitrine comme toutes les filles.

Je voulais être une fille : m'habiller comme elles, parler comme elles, avoir un corps comme le leur,...

Résultat : solitude. En effet, vu que je ne pouvais être ni dans un clan ni dans l'autre, j'étais au milieu ne sachant pas de quel côté aller. J'ai commencé à m'enfermer dans une bulle au fil des années et j'ai mis énormément de temps avant d'en sortir.

Puis, à 13 ans, j'ai entendu parler d'une personne qui a changé de sexe et qu'on appelait transsexuelle. Sans tarder, je me suis rendu sur le Google de l'époque : la bibliothèque :) Google c'est facile : un mot, un clic, Google Inc. fait le reste.
Une bibliothèque c'est tout autre chose. Il faut faire des recherches selon un auteur. Ah... un auteur... heuuu....
La solution restait le bibliothécaire. Mais allez à l'accueil demander un bouquin sur le changement de sexe quand vous avez 13 ans !
Pourtant, je voulais savoir. Savoir si j'étais normale ou si je devais être enfermée et gavée de médicaments ou subir des électrochocs.
J'ai persévéré encore et encore pour avoir ces informations. Sans vraiment de succès. J'ai juste appris que ça existait, mais sans vraiment avoir des informations. Il faut dire que dans les années 90, on ne parlait pas beaucoup de la transsexualité. Déjà que l'homosexualité était super tabou, alors le reste...

Pourtant, cette envie d'être une fille, ou plus précisément ce dégoût d'être un garçon s’amplifiait chaque jour un peu plus. Je devais savoir.
Je me rendais donc de temps en temps à la bibliothèque mais je revenais bredouille presque à chaque fois.

A 14 ans, ce fut l'horreur : j'étais tétanisée de ces changements corporels au point que j'ai fait une dépression. Personne ne l'a jamais su puisque 14 ans c'est aussi la puberté et qu'à cette âge-là on fait un peu n'importe quoi et on agit un peu n'importe comment. Donc tout a été mis sur le compte de la puberté. Même si la puberté a aussi participé au bordel que fut mon adolescence, c'était surtout mon problème d'identité qui occupait tout mon esprit. Esprit tellement occupé à chercher à comprendre que ma mémoire s'est bloquée. Dès l'âge de 14 ans, il ne m'a plus été possible de mémoriser quoi que ce soit rapidement. En fait, si. J'arrivais à mémoriser mais c'est la restitution de l'information qui prenait du temps... parfois plusieurs jours ! Si si, je pouvais donner une réponse précise sur une question qu'on m'avait posée 3, 4 ou 5 jours plus tôt ! Le plus "drôle" c'est que la réponse arrivait sans prévenir :)

Bref, la catastrophe était en train de se produire : plus rien n'allait.

Même si je n'avais que 14 ans, j'étais déjà du genre à rationaliser tout. Donc, je me suis persuadée que vouloir être une fille était quelque chose de normal à mon âge et que ça passerait.

A suivre...

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Tu peux aussi t'exprimer !